185237891_377408900236844_27707400595411

Joëlle Guitard

Étudiante au doctorat

Mes intérêts tournent principalement autour de l'écophysiologie des animaux aquatiques. J'ai complété mon BSc en sciences biologiques et écologiques à l'Université du Québec à Trois-Rivières, où j'ai travaillé sur le polymorphisme associé aux ressources chez l'omble de fontaine à l'aide d'isotopes stables dans les otolithes. Au cours de mon projet de maîtrise à l'Université de Montréal, j'ai évalué les effets physiologiques de l'infection parasitaire sur le crapet-soleil. Plus précisément, l'estimation du métabolisme et de la réponse de fuite à une attaque aérienne simulée chez le crapet à travers un gradient d'infection parasitaire. Pour mon projet de doctorat, je travaillerai sur la construction d'un modèle bioénergétique pour le sébaste (Sebastes mentella & fasciatus) en utilisant des outils comme la respirométrie (estimation du métabolisme) et les isotopes stables dans les otolithes des poissons. Nous souhaitons contribuer au très peu de connaissances sur l'écophysiologie du sébaste dans le but d'une meilleure gestion des stocks de cette espèce et de celles qui l'entourent.

Je suis diplomé d’un PhD de l’Université de Plymouth en 2013, dans le lequel j’ai étudié le développement physiologique des homards sous l’effet de l’acidification des océans et le réchauffement des eaux. Depuis, j’ai étudié la physiologie de population d’invertébrés marins localisé proche de sites volcaniques ayant des hauts taux naturels de CO2, en Italie et en Dominique. Ainsi que l’énergie solaire chez les salamandres en Nouvelle-Écosse. Aujourd’hui, j’étudie les budgets énergétiques de communautés de l’arctique et du sub-arctique du Complexe de la Baie d’Hudson au Québec.

 

Grégoire Boussens-Dumon

Étudiant au doctorat

Moi c’est Grégoire et je suis actuellement en doctorat en océanographie dans le laboratoires de David. Ma formation avant ce doctorat touche à la fois à l’écologie théorique et expérimentale. J’ai notamment effectué un master en Biodiversité, Écologie, Évolution à l’Université Paris-Saclay et un master de Mathématiques pour les Sciences du Vivant entre l’École Polytechnique et l’Université Paris-Saclay. Cette formation m’a donné l’opportunité de voyager dans plusieurs continents afin d’y étudier des taxons très variés incluant des crocodiliens, des lépidoptères et des mammifères.

 

À l’ISMER, je concentre mon attention sur les dynamiques de populations de sébastes dans le Saint-Laurent. Mon but est d’utiliser des modèles individus-centrés et des théories de budget énergétique afin de comprendre les changements de densité récents observés chez les populations de sébastes du fleuve. Cette recherche permettrait d’anticiper les conséquences potentielles de ces changements sur les écosystèmes du Saint-Laurent et de sélectionner des mesures de gestions adéquates pour répondre aux défis environnementaux posés par ces changements.

205073469_263759458876893_2486728076218676690_n.jpg