DSmall_PandemicProfile.jpg

Daniel Small

Étudiant post-doctorant

J’étudie la physiologie des invertébrés marins plus spécifiquement sur l’organisme dans son entièreté à travers les étapes du cycle de vie. Ce qui m’intéresse grandement est d’expliquer la relation entre les processus physiologiques des animaux avec l’environnement dans lequel ils résident, de quelle manière ces processus se développent ou changent tout au long de l’ontogénie, et comment nous pouvons utiliser des environnements avec des variables naturelles comme des indicateurs de futurs changement. Actuellement, j’essaye de comprendre comment les régulations et limites de ces processus physiologiques, à partir de leurs interactions avec le budget énergétique individuel tout au long du cycle de vie, peuvent être mis à l’échelle de la population/communauté/dynamique d’un écosystème dans un océan changeant.

 

Je suis diplomé d’un PhD de l’Université de Plymouth en 2013, dans le lequel j’ai étudié le développement physiologique des homards sous l’effet de l’acidification des océans et le réchauffement des eaux. Depuis, j’ai étudié la physiologie de population d’invertébrés marins localisé proche de sites volcaniques ayant des hauts taux naturels de CO2, en Italie et en Dominique. Ainsi que l’énergie solaire chez les salamandres en Nouvelle-Écosse. Aujourd’hui, j’étudie les budgets énergétiques de communautés de l’arctique et du sub-arctique du Complexe de la Baie d’Hudson au Québec.

 

Aura Barría-Araya

Étudiante post-doctorant

Mon nom est Aura Barría-Araya, j’ai grandi au sud du Chili entourée de la magnifique forêt tropicale de Valdivian et me suis récemment établi à Rimouski. J’ai obtenu mon diplôme en Biologie Marine (2009) et mon PhD en écologie et évolution à l’Université Australe du Chili. Étant chilienne, je me suis intéressée à l’effet des gradients latitudinaux sur la réponse éco-physiologique et du cycle de vie de différentes populations d’espèces marines ayant une grande aire de répartition en intégrant cette information dans des modèles de distribution des espèces.

Actuellement, je réalise mon post-doctorat dans le LAB qui s’axe sur l’intégration de modèle bioénergétique dans les modèles de distribution des espèces pour déterminer les zones qui permettront une croissance positive de la crevette nordique, dans son aire de répartition. Cette information permettra d’obtenir la probabilité d’occurrence d’espèces sous les conditions environnementales actuelles et ce dans le prochain siècle sur la côte Atlantique du Canada.

20210101_120615.jpg